Le FINIFA draine une cinquantaine de films
et le Portugal invité d’honneur

أزید من 50 فیلم بمھرجان إسني ن ورغ الدولي للفیلم الأمازیغي
والسینما البرتغالیة ضیف الشرف

 

Les 11 ans écoulés du Festival Issni N’Ourgh International du Film Amazighe baptisé « FINIFA », ont été scandés par une exigence, revendiquée dès l’origine, quant à la qualité du regard porté sur la réalité, qualité sans laquelle celle-ci disparaît sous le stéréotype d’un faux réalisme.

Aujourd’hui, toute puissance des médias et de communication nous inonde d’images aux contenus éclatés, aux visions anecdotiques de l’information, qui mènent à la perte du sens. Le Festival poursuit sa volonté de nourrir le regard et le débat critique, de stimuler la mobilisation des citoyens sur les  grands enjeux de notre époque.

Nous sommes fidèles à la volonté de développer une culture du cinéma prônant justement l’Amazighité – identité, culture et civilisation- et de la partager avec un public de plus en plus nombreux, qui grandit et évolue avec le Festival.
En effet, depuis une décennie, nous prenons possession non pas de l’univers mais de la plus belle avenue du monde.

Cette main se ferme pour prendre la culture Amazighe à bras-le-corps et s’ouvre pour donner à voir au public toute l’élégance et la diversité d’une cinématographie peu répandue, en présence de grandes figures du cinéma international en provenance des quatre coins du monde.

Le Festival Issni N’Ourgh International du Film Amazighe se penche au titre de cette édition sur la diversité et le multiculturalisme. C’est à travers le cinéma que nous tentons de dévoiler la pluralité du Maroc.
Le Maroc Pluriel représentant une nouvelle citadelle contre les cataclysmes identitaires, c’est une icône symbolique, inventé par le FINIFA pour atteindre via une programmation variée la crête d’un monde en harmonie à travers le cinéma.

Rachid Moutchou
Directeur du festival

 

Avec le retentissement de la 11ème édition du FINIFA, le défi se multiplie chaque, les finalités tendent vers l’exigence d’un lien fructueux entre l’appropriation populaire des oeuvres et la création cinématographique la plus avancée.

Comme un temps de voyage à travers différentes aires culturelles du monde, le public Gadiri, ainsi  que les pro-FINIFA cosmopolites, auront rendez-vous cette année encore avec la diversité de la programmation qui est à l’honneur, que ce soit en termes de genres, d’intrigues, et de formats avec des films venant des îles canaries, de France, mais aussi d’Algérie, de Tunisie, d’Egypte, d’Afrique subsaharienne, et bien d’autres, sous les lueurs de l’invité d’honneur De grandes émotions donc, et bien entendue un temps pour la réflexion sur ces destins hors du commun, mais reflets de nos préoccupations quotidiennes.

En lien étroit avec les artistes, le Festival développe de nombreuses initiatives dédiées au public. Soucieux de la diffusion aux jeunes générations envoûtées par le septième art, et qui militent pour abreuver leurs soifs, le FINIFA organise pour ces cibles des rencontres avec les oeuvres et favorise la découverte d’autres cultures. Chaque édition, le Festival intervient auprès d’une masse d’étudiants et d’élèves pour leurs proposer formations, expositions, et interventions.

Le festival se diversifie, se renouvelle, fait interagir les disciplines et leurs acteurs !

Nous vous invitons nombreux à venir en profiter, vous y ressourcer et vous enrichir au contact des différentes cultures, thématiques et rencontres à ne pas rater.

Ensemble voir autrement.

Rachid BOUKSIM
Directeur Artistique

La 11ème édition en images